Nouvelle-Aquitaine Initiative pour une agriculture
Citoyenne et Territoriale

Dans les réseaux d'InPACT nous travaillons depuis longtemps sur ces problématiques d'économie et d'autonomie pour l'agriculture. Il nous faut continuer à explorer le "champ des possibles" sans nous désespérer. Notre travail de terrain et nos expertises doivent continuer à vivre pour montrer qu'un autre modèle est possible pour accompagner le changement nécessaire. Nous ne devons plus être les "agricultures alternatives" mais " l’alternative agricole territoriale et citoyenne " au modèle intensif. L’URGENCE EST LA !

J'aimerais vous parler de cette guerre absurde d'une autre époque, qui se déroule en Ukraine. J'ai beaucoup de mal à aborder ce sujet, la catastrophe humanitaire qui en découle est telle qu'il m'est difficile de parler des retombées économiques et idéologiques inévitables pour le modèle agricole français tant vanté par le ministre et le syndicat majoritaire.

Comme vous l'avez certainement lu ou entendu, dès le début de ce conflit, au lendemain du salon de l’agriculture, des voix se sont levées pour dénoncer la stratégie européenne "Farm to Fork" pour la prochaine PAC (pourtant fort peu ambitieuse pour le changement de modèle agricole nécessaire). Les tenants du productivisme agricole ont aussitôt publié une lettre à l 'Union Européenne afin d’abandonner cette stratégie. Pour eux il est nécessaire de libéraliser la production, donc de l'intensifier, pour pallier aux futurs manques de la production Ukrainienne, sous peine de perdre notre autosuffisance alimentaire ou plutôt celle de notre bétail !

Il en va de même pour l’énergie. Bientôt des méthaniseurs dans tous les villages ? Pour maintenir ce modèle agricole intensif et l’industrie agroalimentaire qui va avec cette fuite en avant de la société du toujours plus, faudra-t-il choisir un jour entre l'autosuffisance énergétique ou l'autosuffisance alimentaire ? A l'heure actuelle les énergies renouvelables ne font que couvrir l'augmentation de la demande mais non le remplacement des énergies fossiles. Je vous épargne les chiffres aussi bien sur les exportations agricoles Ukrainiennes que sur celles concernant l'énergie. Nous" pauvres agriculteurs" français nous ne serons pas les plus impactés.

Dans les réseaux d'InPACT nous travaillons depuis longtemps sur ces problématiques d'économie et d'autonomie pour l'agriculture. Il nous faut continuer à explorer le "champ des possibles" sans nous désespérer. Notre travail de terrain et nos expertises doivent continuer à vivre pour montrer qu'un autre modèle est possible pour accompagner le changement nécessaire. Au-delà des actions que nos différentes associations mènent ensemble sur le terrain, nous devrons rapidement redéfinir nos partenariats entre réseaux aussi bien nationaux que régionaux afin d'être plus visibles, plus forts et plus crédibles. Nous ne devons plus être les "agricultures alternatives" mais " l’alternative agricole territoriale et citoyenne " au modèle intensif. L’URGENCE EST LA !

Didier LORIOUX, Co-Président